vendredi , 21 juillet 2017
En Bref
08 Mars: Journée Mondiale de la Femme… les Africaines à l’honneur!

08 Mars: Journée Mondiale de la Femme… les Africaines à l’honneur!



Mesdames ce jour nous est dédié (certes qu’une journée sur toute l’année) mais c’est une reconnaissance qui ne doit pas être minorée car elle prend son origine des manifestations survenues en Europe et Etats Unis pour réclamer une amélioration des conditions de la femme: éducation, travail, salaire, droit de vote etc… Donc il est important, nous, femmes d’aujourd’hui de ne pas passer incognito ou sous silence cette journée et de prendre le temps de se documenter sur l’histoire de celles qui nous ont permis d’avoir des conditions de vie aussi meilleurs qu’il y a 50 ans et plus.

Messieurs je le sais depuis que ce jour a été décrété « Journée Mondiale de la Femme » vous nous l’a joué les jaloux de service en dénigrant cette journée avec des répliques drôles mais bon n’empêche il sera toujours bon de voir vos « filles chéries » indépendantes à conduire leur voiture, devenir CEO ou autre grande fonction, et d’exprimer leur opinion sans avoir peur qu’on leur sorte « silence femme!! ».

L’importance de cette journée?! Les pays membres de l’ONU la célèbre et tout le monde en profite de cette journée pour faire un rappel de l’importance de la femme dans nos sociétés, l’évolution des travaux entrepris pour améliorer les conditions de ces femmes de toute horizon.

On nous sort que nous les femmes on exagère sur cette image éternelle de créature oppressée. Et je vous répond que même aujourd’hui nous ne sommes pas « libres et encore oppressées ».

Est-ce exagère que de vous parler des manifestantes égyptiennes qui ont été victimes d’attouchements sexuels pendant les marches vers la liberté de toute une nation et ces femmes violées à une fréquence d’1 viol par seconde dans le monde entier? Si nous n’avons aucun droit sur notre propre corps que les hommes considèrent comme facilement utilisable comme bon leur semble, alors on est loin d’avoir atteins les objectifs que celles qui ont commencé le mouvement au début du XX ème siécle!

Et toujours (même de nos jours) on voit ces femmes africaines et d’autres nations, qui sont de grandes et braves travailleuses, exploitées par un système dominé par les hommes (inégalité des salaires etc), pour leurs proches avec ces même salaires de misère.

Pourquoi seraient elles les plus à blâmer que les hommes? C’est juste qu’une mère est omniprésente dans la gestion et les dépense du foyer que le père. En passant par les foyers monoparentales aux foyers avec les deux parents, des foyers pauvres aux foyers les plus riches, le même constat: la mère est plus entreprenante que le père. Et chacun pourra relater cette épisode de sa mère qui veillait sur lui en étant enfant et malade, travaillait le matin et faire ces heures ou activités supplémentaires (commerçantes) pour gâter mari et enfants.

Et je ne savais pas comment aborder ce jour et je me suis lancer dans une documentation sur les femmes qui auraient marqué l’histoire, surtout les Africaines, et je suis tombée sur des tonnes et de tonnes de lecture à faire. Mais ma déception: Djibouti! Une vrai sécheresse de faits historiques répertoriés ou archivés sur nos femmes aussi bien niveau historique que culturel. Alors qu’elles existent et c’est dommage car il serait intéressant de connaître son histoire.

Dans la documentation je vois toutes ses femmes occidentales qui ont fait que cette journée existe: Madeleine Colin, féministe et secrétaire confédérale de la CGT en France ou Clara Zetkin représentante du parti socialiste en Allemagne qui aurait soumit à Copenhague en 1910 l’idée d’une « Journée Mondiale de la Femme » etc. Mais où sont ces africaines, ce continent regorge sûrement ses guerrières et « leader lady ».

Et côté navigateur pour la recherche « femmes africaines ayant marqué l’histoire » google m’oriente souvent vers ces « afro américaines » qui sont le plus souvent dans le showbiz qu’autre chose alors que je veux ces femmes qui ont fait beaucoup pour leur pays surtout africain.

Je me dit commençons par les reines tient!!

A commencer par la Reine De Saba, ce royaume qui s’entendait de l’Ethiopie au Yémen. Epouse du roi Salomon de Jerusalem, elle était reconnue par sa grande sagesse et sa beauté sublime. Dans le Coran elle est dénommée comme « Balqis » par notre Prophète Muhammed (S.W.S), elle est cité dans les hadiths comme étant une reine fidèle au soleil dont le peuple vénérait (le soleil pas elle!) et c’est pour cela que Salomon l’aurait invitée et l’aurai convaincue et elle se serait convertit à la croyance au seul Dieu unique. Les Falashas (juifs ethiopiens) seraient les descendants de Salomon et le reine de Saba (mais les théses se refutent donc pas sure).

Il y a la Princesse Yennega, cette princesse du Ghana qui fut la première africaine, sur une période difficile à préciser du XI au XV siècle, à monter à cheval. Chose qui était jusqu’à exclusive aux hommes.

La reine Nzinga d’Angola, du XVII ème siècle, qui était littéralement « le casse pied » des portugais, qui durant cette période coloniale, convoitaient l’Angola, femme de caractère elle régna aussi bien que son père sur l’Angola avant de la céder aux portugais aprés 20ans de guerre!

Et la reine Abla Pokou qui a fuit ses terres (le Ghana) pour sa prochaine terre d’acceuille: la Cote d’Ivoir aprés qu’une guerre pour l’héritage du trône a commencé par le frére du Roi défunt, qui ne souhaitait qu’une chose tuer le fils d’Abla Pokou héritier du trône, la reine, sa famille, la cour, son peuple et ses armés se trouvaient coincés devant un fleuve mais rattrapés par les guerriers du frère et le fleuve était impossible à traverser car agité, le devin lui dit pour calmer « l’esprit de ce fleuve, nous nous devons de sacrifier ce qu’on a de plus cher! » et pour sauver tout son peuple menacé de mourir devant ce fleuve, elle tua la cause pour laquelle elle avait entrepris toute cet exode: son fils.

Et ma découverte du jour le cas des Amazones, pas celles de la légende grecque, mais de vraie guerrières africaines, celles du grand empire du Dahomey qui n’est qu’en fait l’actuel Mali ou le Benin (cela varie seulon les historiens), donc si la légende grecque est discutable, ces Amazones Africaines le sont moins. Elles faisaient parti d’un régiment militaire entiérement féminin du XVIIème au XIXème siécle, et le plus drôle elles étaient aperçues par certains comme le signe d’un féminisme exacerbé!

Et je tombe sur Elen Johnson Sirleaf! C’est qui?! C’est actuellement la seule femme présidente africaine (j’imagine les gars sortirent: « bonne chance Liberia! » avec sarcasme biensur!) même si ce pays reste l’un des états les plus corrompus de l’afrique et l’un des pays pauvre d’afrique (je sais pas pourquoi je pense à notre pays en disant ça?), elle a brillé par sa lutte non violente pour la protection de la femme et le droit de la femme à participer à la consolidation de la paix, elle a été réelue avec succés en 2011, je dirai une africaine présidente et qui a remporté l’édition 2011 du « Prix Nobel de la Paix » c’est hors norme.

Dans la même continuité je pourrai parler d’Aoua Keita cette malienne militante figure de l’indépendisme syndicaliste et du féminisme du Mali, elle est la maman de la « Journée Internationale de la Femme Africaine » (JIFA) le 31/07/1962.

Le saviez-vous le premier député post apartheid en Afrique du Sud fut Ellen Kuzwayo, une femme! Une activiste des droits de la femme et politicienne et auteur du livre autobiographique « Call me a woman ».

Il y’a aussi Wangari Muta qui était une militante écologiste kenyanne fondatrice de « Green Belt Movement » elle fut la 1ére femme africaine à recevoir le prix nobel pour sa contribution au developpement durable, la démocratie et la paix ».*

Et ma preférée Calixthe Bayala ecrivain français, camerounaise, qui est l’une des rares intellectuels qui a exprimé son soutien à Mouammar Kadhafi pour la Libye, et a Laurent Gbagbo de la Côte-d’Ivoire: « Face à l’implication des puissances occidentales et des forces de l’OTAN dans ces différents conflits, cette ingérence est considérée comme une violation flagrante de la souveraineté des peuples Africains, le racisme et le pillage des richesses du continent noir par l’Occident était en fait le principal objectif de ces interventions musclées. »

Je pourrai encore et encore continuer à lister ces femmes africaines qui ont marqué l’histoire et je n’en finirai pas, je vous ai fait une selection de celles qui m’ont touché par leur histoire et leur courage pour certaines dont je n’ai pas mis toute l’autobiographie tellement elles sont passionantes (à lire de par vous même).

Un proverbe pour la fin:
« Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel. » (René Barjavel)

Réference:
www.flashmag.online.net
www.wikipedia.com
www.ceafi.net

A propos de Leila

Féministe en herbe (lol), adore porter un regard humouristique sur notre société, et prête à vous changez les idées sur la femme djiboutienne qui est loin de ce que vous vous imaginez!
  • anonymous

    J’aime bien les féministes victimaires tout est toujours de la faute aux hommes et quand on démontre que l’homme est victime de ce dogme aux fruits pourris, on se fait traiter de reac, miso, bruleur de femmes.Ce ne serait pas plutôt vous qui aurez un problème avec les mecs en grimant la verite ?. Ce n’est que de l’observation. Quand on me présentera une femme qui a « inventé » quelque chose sorti de nulle part, alors je reconnaîtrai et avec grand plaisir, que je me suis trompé…mais now la femme n est pas une génie et si vous voulez célébrer cet jour…ne le faites pas seulement cet jour .une chose la femme n est pas creative.Ah bo entendeur

  • http://twitter.com/lambda_qouchi Sisyphe

    chaque maison y a une héroïne à Djibouti. Sans elles, Djibouti serait encore plus sombre aujourd’hui. Mon pays luit à cause des femmes, j’aurais aimé que tu traitasses plus sur les sorts de nos mères, sœurs. Rares sont les femmes au monde qui pourrait supporter ce qu’elles endurent au quotidien le mépris, s’occuper des enfants, bosser aujourd’hui et partager les factures du ménage(actuellement).Que dire des mutilations qui mutile à jamais la vie de nos femmes: fausse couches à répétition, aucun plaisir lors de l’acte de copulation ( je me garderais de dire « amoureux » car la proportion est minime des maris qui font l’amour avec les épouses c’st plus pour nous messieurs un acte défouloir où on déverse nos excès de semence sur une cavité chosifiée excusez-le pour le langage cru).Autant d’infamie, d’avanie que supporte mes sœurs, ma mère et ma grande mère. Je suis devenu l’homme tant qu’Homme simplement mais aussi socialement grâce à elles qu’Allah puisse les récompenser. Je suis pas féministe ô que Dieu sait ma conviction mais reconnaissant et s’indignant encore des sorts de nos femmes à Djibouti en 2013.Les simplets mecs qui croient que pomper le torse, crier haut et fort est garante du masculinité qu’ils cherchent en vain, un mot suffit: IDIOTS. Soyez vs mêmes avec ns femmes, elles le méritent bien plus que vos attentions hypocrites. Soyez vs mêmes, vs sonderez le trésor de leur cœurs et ainsi vs verrez ces désirs enfouis malgré elles refera surface. Pour avoir connu tant des femmes étrangers(la belle antillaise n’est qu’une photocopie, la négresse complexée et la blanche n’est qu’une gourmande avide de sexe & jouissance infinie) qui me fascinait lors de mes rêveries post adolescence, elles en valent pas le peine mère ni ne valent le Kopeck de ma sœur et mère Djiboutienne. Merci à toi Leila de la part de Sisyphe Le Djiboutien.

  • leila abdallah

    heureuse de t’avoir autant inspiré! :)

  • FATOUMA MAHAMOUD

    A LIKE IT SO MUCH DJBOUTI IS HOT AND WARM COUNTRY

Scroll To Top