vendredi , 26 mai 2017
En Bref

« Il faudrait laisser un avenir à nos enfants » – Houssein Riache


Cité de la Démocratie-Libreville, 15 septembre (GABONEWS)- Expert environnemental, le djiboutien Housein Riache, a déclaré dans une interview  accordée , ce mercredi, à GABONEWS que, la première  conférence panafricaine de Libreville sur la biodiversité est une très bonne initiative pour le continent d’autant plus qu’elle va permettre aux africains de défendre une position commune afin de laisser un « avenir à nos enfants et qu’ils puissent vivre dans des conditions décentes ».

« La biodiversité est une chaîne qu’il faut protéger et cette prise de conscience commence à prendre de l’ampleur et même au niveau international » a-t-il insisté, avant d’argumenter : « la preuve, la réunion qui se tiendra à New York (20-22 sep ; NDLR) démontre bien cette prise de conscience internationale sur la protection  de l’environnement ».

En matière de préservation de la biodiversité, chaque pays possède ses propres outils, le cas de Djibouti, entre autres, selon l’expert, Housein Riache, est semblable à celui de plusieurs pays africains en ce sens qu’il a mis en place une institution et  un ministère qui s’occupent de la protection de l’environnement national.

DJIBOUTI ET SON PROGRAMME

« Djibouti a intérêt à signer toutes les conventions internationales à savoir, les conventions sur la biodiversité », a-t-il indiqué. Notre pays a également mis  en place ,a-t-il précisé  « son plan d’action national appelé  le PANE (Plan d’Action National pour L’Environnement 2001-2010). Et c’est ce plan qui essaie de définir les grands défis environnementaux à résoudre pour mieux protéger l’environnement national.

Le PANE se décline  en trois grands volets : présentation générale du pays et contexte de la planification environnementale ; situation actuelle de l’environnement ;  Stratégies et actions prioritaires pour une meilleure gestion de l’environnement.

Le délégué djiboutien fait partie de l’une des quatre commissions constituées par le segment technique préparatoire à la réunion ministérielle (16-17 septembre) de la première conférence panafricaine sur la biodiversité.

On y attend,  la « Déclaration » des travaux de Libreville à l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU), la « Proposition » commune pour la 10ème conférence des parties (COP10), la « Feuille de route pour l’économie verte et la Feuille de route de la Plateforme Intergouvernementale sur la Biodiversité et les Services Ecologiques (IPBES).

Le plan stratégique qui devrait être adopté dans la capitale gabonaise permettra à chaque pays de développer ses  propres outils, ses propres approches et objectifs pour une meilleure protection de la biodiversité  tant au niveau national, régional et mondial.

Source : GabonNews

A propos de Djibcenter

Djibcenter est un web-magazine indépendant. N'hésitez pas à nous contacter pour plus de contact ou d'information.
Scroll To Top